Le Documentaire

samedi 1er avril 2017


présenté par Corinne Bopp

Aujourd'hui déléguée générale des Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil, diplômée de La fémis  elle fut aussi assistante de Jean-Daniel Pollet, chargée de programmes documentaires sur Arte pendant 4 ans. Elle enseigne également à l'ESEC, La fémis, Paris 7... et collabore chaque année, depuis 2005, à Cinéma du réel.


Corinn Bopp a ainsi interrogé la question documentaire à partir d'extraits de films et selon les axes suivants :


1. Question(s)de définition.

2. La mauvaise réputation du documentaire : hypothèses d'origines, amalgames, vérités et inexactitudes.
Transports urbains de Marcel Gibaud

3. De la mise en scène, toujours de la mise en scène...
Voir ce que devient l'ombre de Matthieu Chatellier
Nostalgie de la lumière de Patricio Guzman
Entre nos mains de Mariana Otero...

4. Y-a-t-il un spectateur de cinéma documentaire dans la salle ?
L'Exil et le Royaume de Andreï Schtakleff et Jonathan Le Fourn
Le Jour du pain de Sergey Dvortsevoy


En deuxième partie de soirée et en écho à sa leçon, Corinne Bopp a présenté Fleurs de Sureau.

 

Le film avait été initialement choisi par François Niney qui devait donné cette leçon de cinéma. Mais empêché en dernière minute, François Niney nous a chaleureusement recommandé Corinne Bopp pour nous parler de ce genre qui la passionne tout autant que lui et qui en a fait sa spécialité depuis de nombreuses années .

Un documentaire allemand (1h30) de Volker Koepp qui a reçu le Grand Prix  Cinéma du réel en 2008.