H

Hors Jeu

Jafar Panahi • Iran • 2006 • 1h28

 

 

 

 

8 mai 2006. L’Iran est en passe de se qualifier pour la coupe du monde de football. Un car de supporters déchainés est en route vers le stade. Une fille déguisée en garçon s’est discrètement glissée parmi eux, elle ne sera pas la seule àtenter de transgresser l’interdiction faite aux femmes d’assister aux manifestations sportives.


Jafar Panahi

 

Après avoir été l’assistant d’Abbas Kiarostami pour le film Au travers des Oliviers, Jafar Panahi réalise son premier long-métrage, à partir d’un scenario de Kiarostami, Le Ballon blanc, en 1995, pour lequel il reçoit la Caméra d’Or à Cannes.

 

Il signe ensuite Le Miroir, Léopard d’or au Festival de Locarno 1997, puis se voit récompensédu Lion d’or à Venise pour Le Cercle, réalisé en 2000.

 

En 2003, il met en scène son troisième long-métrage, Le Drame Sang et or.

 

 

Fidèle à la ligne kiarostamienne, elle-même probablement dérivée du conte persan, Hors-Jeu chemine avec le personnage dans sa quête et son idée fixe, si triviales soient-elles, au gré ses étapes et de ses rencontres.

 

Panahi inscrit les aventures de son héroïne et des autres supportrices empêchées dans un cadre géométrique défini en stations successives : bus, abords du stade, guichets, zone de fouille, passerelles d’accès, galeries latérales, puis un autre bus pour regagner le centre-vile.

 

La durée sera elle aussi donnée : les minutes qui précèdent et suivent ce match invisible, plus le temps de jeu réel (90 minutes), avec ses deux périodes et la pause, à peine écourtées pour aboutir à un long-métrage dans un temps quasi réel. Pourtant, et c’est là l’autre caractéristique de l’école iranienne : la narration préserve sa part d’aléatoire, la vie réelle se mêle à la démonstration.

 

Fabien BaumannPositif • décembre 2006